Le cuivre et la société

Environnement

Le cuivre est un élément naturel. Il est présent tout aussi bien dans la croute terrestre que dans les océans, les lacs ou les rivières, sous forme de traces ou de minerais plus ou moins riches. Loin de représenter un quelconque danger, il est essentiel à toute forme de vie : les plantes, les poissons, les animaux et bien sûr les êtres humains ont tous besoin de cuivre pour vivre normalement.
 

Le cuivre est naturellement présent dans tous les environnements

Le cuivre est naturellement présent dans les eaux, les sédiments et les sols. En fait, si un sol ne contient pas un niveau suffisant de cuivre, il n’est pas en mesure d’assurer un type d’agriculture pérenne. Les deux cultures vivrières les plus importantes dans le monde, le riz et le blé, ne pourraient pas prospérer sur un sol déficient en cuivre, qui conduit à des pertes de rendement et des produits de faible qualité.

En Europe, 18 millions d’hectares de sols cultivés (soit l’équivalent de 19% des terres arables) sont connus pour présenter des déficiences en cuivre bio-disponible. Pour compenser ce déficit, il est courant de recourir à des engrais enrichis en cuivre et des traitements au sulfate de cuivre.

Le cuivre est un élément naturel, totalement recyclable, résistant à la corrosion, durable et antibactérien. Dans des conditions normales d’utilisation, il n’est pas bio-persistant, ne s’accumule pas et ne présente pas de toxicité pour l’environnement. Un processus volontaire d’évaluation des risques potentiels liés au cuivre a été entrepris par l’industrie du cuivre sous contrôle de la commission européenne. Il couvre l’ensemble de la chaîne d’utilisation du matériau depuis sa production jusqu’à sa fin de vie en passant par son utilisation. Le rapport final démontre que dans le cadre législatif actuel, il n’existe aucun type de risque pour l'environnement, la santé des travailleurs de l'industrie et du grand public en général. 

Le cuivre contribue à réduire les émissions carbonées

Dans l’avenir, le développement de l’énergie durable en Europe dépendra de l’interdépendance entre l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Plus les prestations liées à l’énergie deviendront efficaces, plus les énergies renouvelables pourront devenir opérationnelles et contribuer signicativement à la production d’énergie primaire.

Le cuivre est un matériau essentiel pour la construction des systèmes énergétiques du futur. Il joue d’ores et déjà un rôle clé dans les énergies renouvelables solaires, éoliennes, hydroélectriques, marée motrices, géothermiques ou utilisant la biomasse. Le cuivre est en effet le meilleur conducteur électrique et thermique parmi les métaux utilisés dans les infrastructures et la conception des produits. Les systèmes utilisant du cuivre et permettant la génération, la transmission et l’utilisation de l’énergie fonctionnent avec une plus grande efficacité. En réduisant ainsi les pertes à tous les niveaux, les émissions de gaz à effet de serre sont réduites et les coûts repartis sur l’ensemble du cycle de vie sont optimisés.

Le cuivre et les émissions carbonées

En augmentant le diamètre des conducteurs en cuivre, il est possible de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Les avantages induits concernent les facteurs environnementaux, les réductions des coûts liés au cycle de vie et le taux de recyclage de 100 % en fin d’utilisation (accédez au dossier en cliquant sur le bouton ‘Plus’).

Le saviez-vous ? Le pourcentage moyen de cuivre présent dans la croute terrestre est de 0,005 %

Le cuivre est présent dans la croûte terrestre, les océans, les lacs et les rivières, sous forme de traces ou de minerais plus ou moins riches.