Ce sont des alliages à base de cuivre et de zinc, contenant entre 5 et 45 % de ce dernier. On peut trouver d'autres éléments d'addition qui visent à lui conférer certaines propriétés particulières. L'élément d'addition le plus courant est le plomb... 

Le laiton est l'alliage de cuivre le plus fabriqué. Ses nombreuses qualités de base sont à l'origine de la grande étendue de ses applications. 
De tous les alliages de cuivre, les laitons sont ceux qui présentent la plus grande facilité d'emploi. 
Ils peuvent être utilisés sous toutes les formes de demi-produits, et leur mise en œuvre peut être opérée par tous les procédés : moulage, matriçage, décolletage, emboutissage, usinage, etc... 
Le laiton est par excellence l'alliage du décolletage, c'est-à-dire de l'usinage de pièces sur tour automatique, et du matriçage, qui consiste en une déformation à chaud d'un lopin de métal par pression instantanée dans une matrice. De plus, il peut recevoir tous les traitements de surface et offre l'avantage de laisser des déchets de fabrication de valeur intrinsèque élevée. 

On peut classer les laitons en 3 grandes catégories : 

Les laitons simples :
On appelle laitons simples -ou binaires-, ceux qui ne renferment que du cuivre et du zinc. Au fur et à mesure que la teneur en zinc augmente, la température de fusion et la conductibilité électrique du métal diminuent, tandis que ses qualités de résistance mécanique et de dureté s'améliorent. 

Les laitons au plomb :
Ils contiennent environ 40 % de zinc et 1 à 3 % de plomb.
Les laitons au plomb présentent une aptitude à l'usinage supérieure à celle de tous les autres alliages industriels. 
Le plomb, pratiquement insoluble dans les laitons; est disséminé en fins globules qui provoquent une bonne fragmentation des copeaux dans les opérations de décolletage ; il intervient également comme lubrifiant, en raison de son bas point de fusion. 
Dans les opérations de matriçage, le laiton au plomb subit des déformations plastiques parfois très complexes, qui s'opèrent facilement grâce à son excellente malléabilité à chaud. 

Les laitons spéciaux :
Ils sont obtenus par l'incorporation d'un ou d plusieurs éléments d'addition comme l'étain, l'aluminium, le manganèse, le nickel, le fer, le silicium ou même l'arsenic, à l'effet d'améliorer certaines propriétés, en particulier leurs caractéristiques mécaniques. Ils contribuent en même temps, dans la plupart des cas, à l'augmentation de leur résistance à la corrosion. Les laitons spéciaux sont donc très nombreux. Les nuances les plus chargées en éléments spéciaux sont généralement utilisées sous forme de pièces moulées ou forgées. 
Certains laitons spéciaux, désignés sous le nom de "laitons haute résistance", ajoutent à leurs qualités concernant la résistance à la corrosion et leurs caractéristiques mécaniques élevées une excellente résistance à l'usure et au frottement. 

Pour obtenir des informations sur les propriétés physiques et mécaniques du cuivre, vous pouvez développer les tableaux suivants :

Documentation sur les laitons

Cette publication ancienne conserve toute sa validité technique. Néanmoins, les références documentaires ou normatives ne sont plus d'actualité mais peuvent être précieuses dans le cadre de recherches concernant des plans ou des spécifications anciennes.


1 - Introduction / Sommaire (1 Mo)
2 - Constitution et propriétés générales (1,8 Mo)
3 - Caractéristiques et application (7,6 Mo)
4 - Résistance à la corrosion (2,5 Mo)
5 - Traitements thermiques (2,9 Mo)
6 - Mise en œuvre (0,4 Mo)
7 - Traitements de surface (6 Mo)
8 - Bibliographie / Annexes (2,3 Mo)