Choisir son éclairage de jardin

Comment bien choisir son éclairage de jardin 
?


Ces dernières années, le jardin est devenu une véritable extension de la maison. Profiter de son jardin lors d’une journée ensoleillée ou le soir venu est un réel plaisir. Lors d’une nuit froide en hiver, l’atmosphère conviviale du salon est encore plus chaleureuse grâce à la vue qui donne sur le jardin éclairé. Mais quels sont les éclairages extérieurs et les lampes qui peuvent procurer les meilleurs effets ? Regardons de plus près les nombreux choix qui s’offrent à vous.

La gamme des luminaires extérieurs

En général, on distingue quatre grandes applications : les applications murales, les applications au sol, les bornes et les balises. Dans le cas où vous disposez d’avancées de toit, vous pouvez aussi opter pour un système de plafonniers.

  • Les éclairages muraux existent dans une large gamme de formes. Certaines appliques murales proposent un éclairage direct, ce qui peut parfois conduire à un effet aveuglant. Il existe également des appliques qui proposent un éclairage dont la lumière est dirigée soit vers le haut, soit vers le bas. Il est possible de combiner les deux. Les appliques murales sont utilisées pour éclairer la terrasse dans son ensemble ou bien pour mettre en valeur une façade.
  • La réalisation d’un éclairage au sol s’effectue au niveau des allées, de la terre ou de la pelouse. La lumière est toujours orientée vers le haut, ce qui est la meilleure façon pour mettre en valeur l’éclairage des plantes et des arbres. Si vous empruntez une allée, il faut bien faire attention à l’effet aveuglant que peut entraîner l’éclairage. Ce désagrément peut être atténué grâce à du verre poli.
  • Les bornes sont couramment utilisées. En général, elles sont installées le long des allées ou sur une hauteur du jardin. La partie qui éclaire est située approximativement entre 30 et 70 cm au-dessus du sol. Ainsi, la zone qui se situe tout autour de la balise est éclairée, ce qui permet de bien suivre son chemin dans l’obscurité.
  • Une balise peut être plantée n’importe où dans le sol du jardin. Elle est alimentée par un cordon relié à une prise de courant et commandée par un interrupteur.

La mise en sécurité des luminaires


Tous les luminaires extérieurs doivent être résistants à l’eau. S’ils sont alimentés par du 230 V, ils doivent être reliés à la terre. Cependant, il est préférable de choisir des luminaires qui fonctionnent à très basse tension (12 V). Le câblage doit être enterré à une profondeur suffisante pour qu’il ne soit pas endommagé par les outils de jardin. La profondeur idéale dépend des normes du pays dans lequel vous habitez. Votre installateur vous remettra les informations dont vous avez besoin.
Auparavant, les lampes à incandescence et les halogènes étaient la référence en matière d’éclairage. Aujourd’hui, la consommation énergétique étant devenue un paramètre important, les luminaires extérieurs sont en général équipés d’ampoules basse consommation ou de LED. En général, les ampoules basse consommation ne permettent pas la modulation de l’éclairage tandis que les LED le permettent. Moduler l’éclairage vous aidera à économiser de l’énergie et d’obtenir l’effet de lumière désiré.

Les matériaux

Les luminaires extérieurs sont disponibles dans un large choix de matériaux. Le cuivre, l’aluminium, le bois et le zamak sont les matériaux les plus fréquemment utilisés. Grâce à cette gamme étendue, chaque système pourra s’adapter à l’environnement.

Les balises solaires

Il existe également des luminaires équipés d’un petit panneau solaire dont le principal avantage est qu’ils ne nécessitent aucun câblage. Cependant, il existe un certain nombre d’inconvénients. Les capteurs solaires sont de très petite taille et ne peuvent alimenter qu’une LED de petite puissance, ce qui limite la quantité de lumière qui peut être restituée. Lors de journées à ciel couvert, le système n’est pas en mesure de stocker assez d’énergie pour la restituer toute la nuit. Les chutes de feuilles et la neige peuvent recouvrir la cellule solaire et ainsi empêcher le système de fonctionner lorsqu’il fera nuit.
Un éclairage mural cuivré.
(Crédits photo : PSM Lighting)