COP24 : nous avons des solutions, il est temps maintenant de nous unir pour agir pour le climat

Texte intégral publié sur le site EURACTIV le jeudi 6 décembre.

 

COP24 : 

nous avons des solutions, il est temps maintenant de nous unir pour agir pour le climat

Bernard Respaut, directeur général, European Copper Institute

Ce mois-ci, tous les regards sont tournés vers la ville polonaise de Katowice, où la communauté mondiale se réunit autour du climat pour la COP24. Katowice est une étape importante pour la réussite de l’Accord de Paris pour définir un système fiable de transparence et de responsabilité permettant de suivre les progrès accomplis dans la réalisation de l’objectif à long terme.

Ce sommet fait suite à un rapport attendu depuis longtemps par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (IPCC), qui conclue que pour maintenir la hausse de la température mondiale en dessous de 1,5 ° C, nous avons besoin de transitions rapides et profondes au niveau des bâtiments, des villes, de l’énergie, de l’industrie, des transports etc. Afin d’atteindre le «zéro net» vers 2050, il faudra, d’ici 2030, que les émissions mondiales de carbone baissent de 45% par rapport aux niveaux de 2010.

Nous devons donc décarboner ensemble, maintenant. Le Parlement européen a appelé les dirigeants du monde entier à renforcer leurs engagements pour le climat après 2020 et à mobiliser les financements adéquats pour le climat en faveur des pays en développement. Au-delà du renforcement des engagements, nous devons cependant les mettre en œuvre, et la COP24 sera cruciale pour donner un aperçu «en temps réel» de la mesure dans laquelle les partenaires engagés ont atteint leurs objectifs. L’Europe devrait continuer à être leader, mais il est impératif que le reste du monde suive.

Le cuivre : le métal de la transition énergétique

La bonne nouvelle est que nous avons des solutions et que le cuivre est essentiel pour beaucoup d’entre elles. C’est le métal de la transition énergétique par excellence, qui facilite la production d’énergies renouvelables, améliore l’efficacité énergétique des produits et des systèmes et soutient l’électrification des transports, du chauffage et du refroidissement. Sur la base du scénario 2050 de l’UE, nous estimons que la transition énergétique pourrait multiplier par six la demande en cuivre (environ 25 millions de tonnes en 2050). Le recyclage devient alors crucial et, heureusement, la chaîne de recyclage du cuivre est aujourd’hui mature, permettant la réutilisation infinie du métal rouge.

L’industrie du cuivre consomme beaucoup d’énergie qui représente à elle seule 20 à 30% des coûts de production. La filière est donc vulnérable aux augmentations des coûts de l’énergie et au climat. Pour préserver la production de cuivre et d’autres matières premières en Europe et continuer à bénéficier de leurs nombreux avantages (les solutions climatiques sont un corolaire à l’emploi et à la croissance associés à un secteur en demande croissante), nous avons besoin d’un cadre législatif qui soutienne leur contribution positive. Pour ce faire, il est essentiel que tous les pays développés ou en transition, tels que les États-Unis ou la Chine, soient sur un pied d’égalité en matière de coûts énergétiques et climatiques.

Élargir le champ d’application de l’efficacité énergétique

Comme la croissance économique et l’urbanisation exigent de plus en plus d’énergie, son utilisation rationnelle et efficace est essentielle. Un rapport récent de l’Agence internationale de l’énergie montre que sans les politiques d’efficacité énergétique, nous aurions consommé 12 % d’énergie en plus et produit 12 % d’émissions de gaz à effet de serre supplémentaires en 2017. Il est également constaté qu’il existait un potentiel substantiel d’économies supplémentaires. Cependant, pour atteindre notre plein potentiel d’économies d’énergie, les investissements mondiaux annuels en matière d’efficacité énergétique doivent doubler d’ici 2025 et doubler de nouveau d’ici 2040.

Récemment, la mise en œuvre de mesures d’efficacité énergétique a ralenti et les politiques européennes ne permettent pas d’obtenir les économies d’énergie maximales attendues. D’importantes possibilités subsistent en effet, y compris au sein du système énergétique de l’UE. Le champ d’application de la politique européenne en matière d’efficacité énergétique devrait être élargi pour inclure des mesures dans tous les secteurs consommateurs d’énergie et mettre en œuvre des mesures plus évoluées offrant des économies d’énergie importantes, telles que l’automatisation des bâtiments ou l’électrification de la chaleur et des transports. Ces économies peuvent être réalisées à des coûts bien inférieurs au prix de l’approvisionnement en énergie et revêtent donc un grand sens financier. Elles sont également importantes dans un système énergétique de plus en plus renouvelable.

Le cuivre : le lien entre les solutions

Les produits contenant du cuivre fonctionnent de manière plus efficace, avec un potentiel de réduction de 20 à 30% de la consommation d’énergie de référence. Le cuivre est donc un lien commun à toutes les solutions prônant l’efficacité énergétique. En 2017, l’European Copper Institute a lancé DecarbEurope, une initiative rassemblant des partenaires de tous les secteurs et de tous les marchés, en vue de créer une économie véritablement sobre en carbone, en présentant une vision intégrée des moyens et axée sur l’économie circulaire, permettant de réaliser en profondeur, à coûts rationnels, la transition énergétique.

Grâce à l’initiative DecarbEurope, nous pensons que la décarbonisation ne se fera que par une symbiose de la politique et du monde des affaires. Nous apportons ici des solutions concrètes à la situation, montrant réellement à quoi cette transition pourrait ressembler. Un exemple est le couplage sectoriel : le développement de multiples vecteurs d’intégration tels que l’électricité, la bioénergie, la cogénération, l’hydrogène et le chauffage urbain, pour n’en citer que quelques-uns.

Leadership européen

Le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris offre à l’Europe une occasion de donner l’exemple en matière d’action pour le climat dans le monde. La nouvelle stratégie de l’UE pour la réduction à long terme des émissions de gaz à effet de serre peut fournir un cadre exemplaire qui, s’il est effectivement mis en œuvre, pourrait apporter une contribution significative aux objectifs de Paris.

Alors que le sommet de la COP24 de cette année se tient dans une grande région minière et industrielle européenne, il est plus que jamais nécessaire de discuter du rôle clé des matières premières dans l’atténuation du changement climatique. Pour que l’Europe puisse mener avec succès une action mondiale contre le changement climatique, nous avons besoin de plus de dialogue, de collaboration et d’efforts communs dans tous les secteurs. Nous n’avons pas besoin d’une, mais de plusieurs solutions qui, ensemble, nous permettent de respecter les engagements de l’Accord de Paris et de rester compétitif à long terme. L’industrie du cuivre a trouvé certaines des solutions et nous nous sommes engagés à en trouver et à en mettre davantage en œuvre.